Gamine

Il s’approche. Il me demande ce que je recherche. Il dit. On ne peut pas continuer comme ça. Je ne peux pas te regarder te détruire et attendre. Il ajoute. Parle-moi. Je suis là. Dis-moi ce qui ne va pas.

Il pose sa main sur ma joue. Il dit. Regarde moi. Je m’enferme, m’enroule, me blottis. Les genoux contre le menton, j’ai douze ans. J’ai froid.

Je sens ses mains sur mes lèvres mes bras mon cou. Il me secoue. Il parle. Je tremble. Je ne l’entends pas. Je lève les yeux. Il me regarde. Je dis. J’ai envie de te sentir en moi. Tes mains sur mon corps. Tes mains qui m’ouvrent me décortiquent m’engloutissent. Je veux nous digérer.

Je pleure. Cela nous secoue. Tu éteins la lumière. Tu dis, viens.

 

 

Commentaires

  1. Flavien dit :

    Un tit bijou merci pour ce moment ( même si ses mots sont largement galvaudé en ce moment )
    ps : avec un texte comme celui là la photo est superficiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *